welink-logo
Expert-comptable : faut-il se spécialiser ou se diversifier pour développer son cabinet ?

Expert-comptable : faut-il se spécialiser ou se diversifier pour développer son cabinet ?

  • Si l’expert-comptable accompagne et conseille ses clients dans la création et la croissance de leur entreprise, il doit également penser au développement de son cabinet d’expertise comptable. Une question récurrente se pose alors : vaut-il mieux rester généraliste ou se spécialiser.

    Les avantages de la spécialisation en cabinet d'expertise comptable

    La spécialisation peut concerner soit un secteur d’activité soit une activité, une mission particulière comme le commissariat aux comptes ou l’audit comptable et financier par exemple. Si rester généraliste permet de ne pas se fermer de portes, se spécialiser permettrait d’augmenter ses honoraires.

    C’est d’ailleurs le principal avantage de la spécialisation ainsi que l’augmentation de la profitabilité du cabinet. Des compétences claires et visibles permettent également de favoriser les recommandations et le phénomène de bouche à oreille. Enfin la spécialisation est un outil pour se différencier de la concurrence. Et si le fait de ne pas pouvoir accepter toutes les missions vous fait peur, dites-vous aussi que c’est le meilleur moyen de ne pas vivre des périodes fiscales interminables et non contrôlées.

    Spécialisation et formation de l’expert-comptable

    Pour pouvoir se spécialiser, il faut acquérir une expérience particulière et donc consacrer une partie de son temps de travail à la formation. D’ailleurs les experts-comptables ont une obligation de formation. Ils doivent en effet y consacrer au moins 120 heures sur 3 ans avec un minimum de 20 heures par an.

    C’est alors l’occasion de considérer la formation mais aussi les congrès, conférences, rencontres et séminaires comme un temps permettant de renforcer ses compétences ou d'en acquérir de nouvelles et ainsi de donner une nouvelle dimension à son cabinet d’expertise comptable. Ces formations aident aussi les professionnels à apporter du conseil à leurs clients et à leurs proposer des services comme la formation à la création d’entreprise par exemple. Ils peuvent ainsi proposer un accompagnement qui soit une véritable valeur ajoutée.

    Faut-il se spécialiser dès la création du cabinet ?

    Lors de la création du cabinet d’expert-comptable il est parfois difficile de refuser des clients. Les jeunes créateurs qui se spécialisent tout de suite sont généralement soit issus d’un cabinet dans lequel ils ont pu développer une spécialisation, soit ils ont profité des mois d’activité réduite pour se former.

    Si vous n'êtes pas dans un de ces deux cas de figure, faire le choix de refuser les dossiers qui ne sont pas rentables pour cibler les bons clients est une marque de courage mais qui s’avère souvent très importante pour rentabiliser le cabinet.

    Comment choisir sa spécialisation

    Il est plus facile de faire ce choix après quelques mois, années d’activité. En effet il peut se dessiner alors des secteurs d’activités plus importants que les autres ou des demandes récurrentes des clients du cabinet.

    La spécialisation sectorielle ne doit être un choix que si le secteur est à la fois stable et rentable pour assurer le développement du cabinet.

    Pour développer de nouvelles missions il faut dans un premier temps étudier le marché et les clients potentiels comme le fait une entreprise lorsqu’elle lance un nouveau produit ou un nouveau service. Enfin, le choix de la spécialisation dépendra de l’emplacement de votre cabinet et des entreprises qui sont implantées autour de vous (secteur d’activité, taille, CA…) et donc également du niveau d’honoraires qui peuvent être pratiqués.

    Rechercher un expert-comptable
    ou un commissaire aux comptes qualifié

    Si vous avez aimé "Faut-il être un comptable expert dans un domaine ou se diversifier ?"
    Vous aimerez aussi :

    front_page_lead

    Vous êtes Expert-comptable ?

    Référencez votre cabinet sur le premier guide des experts-comptables & CAC